Attentats

Publié le par Muriel Bayet

Hélas, hélas, les fables nous l’apprennent depuis notre tendre enfance : ainsi que l’introduit « Le loup et l’agneau », la raison du plus fort est toujours la meilleure…

Cependant, il ne faudrait pas croire qu’il faille se résigner. Dans son Livre VII, avec « Les vautours et les pigeons », Monsieur de La Fontaine nous offre une brillante démonstration et termine son apologue par ces vers :

"Tenez toujours divisés les méchants ;
La sûreté du reste de la terre
Dépend de là : Semez entre eux la guerre,
Ou vous n’aurez avec eux nulle paix."

A méditer et si possible, à appliquer de toute urgence…

Attentats

Publié dans Chroniques

Commenter cet article