Thalasso

Publié le par Muriel Bayet

Thalasso…

Assise dans l’espace « tisanerie », je me laisse couler dans la musique d’ambiance. Relaxation, ‘zénitude’. Et un brin euphorisant.

Ici, tracas et soucis sont interdits de séjour…

La voix claire mais veloutée de la soprano qui accompagne l’orchestre de ses « O…… » modulés, rythme moments de grande détente et réveils joyeux.

Aïe ! En fond sonore désagréable, le gargouillis glouglouteux de la thermos à tisane qui vient de se remettre en route !

Au fond du couloir, la piscine d’eau de mer, chauffée à 29° C… Hummmm ! Que c’est bon d’y nager tranquillement, et d’autant plus sereinement qu’à cette heure de la mi-journée, j’ai la piscine pour moi toute seule ! Serait-ce à cause de la tempête qui a soufflé violemment toute la nuit ? Les mémoires gardent au chaud les catastrophes, et on se souvient que l’an dernier, le déchaînement des éléments avaient frappé la thalasso de plein fouet, éclatant les baies vitrées, la plage envahissant la piscine…

Derrière les toutes nouvelles baies vitrées aux armatures renforcées, la côte douarneniste s’expose, majestueuse et tranquille malgré la forte houle qui s’est formée après le fort coup de vent des dernières heures.

Au premier plan, l’île du Coulinec ; îlots de granit légèrement herbeux au sommet du plus haut d’entre eux…

Hammam. Vapeur chaude à souhait dans cet espace recouvert de petites tesselles bis-miel-brun-noisette ; mini spots parsemant la voûte d’une constellation d’étoiles à la faible lumière très douce.

Puis dans le jacuzzi désert, je profite des jets de massage… Détente.

Enfin vient l’heure du soin : le gommage puis modelage « Abhyanga » ; pour ne pas dire Indien.

Et c’est un festival épicé aux senteurs de vanille, cannelle, patchouli, ambre….. Une heure de massage, huiles chaude aux fragrances orientales, lumière tamisée, musique en sourdine… Il s’en est fallu de peu que je ne m’endorme !!!

L’humeur suivant le corps, que c’est agréable de se sentir bien !

16 janvier 2015

Thalasso
Thalasso

Publié dans Chroniques

Commenter cet article