Pointe Bigoudène

Publié le par Muriel Bayet

Sentir le vent salé emmêler les cheveux… Cligner des yeux sous la lumière trop vive. Respirer. Respirer à pleins poumons, mais lentement, en prenant son temps… Le temps de laisser pénétrer cette délicieuse odeur iodée, odeur du large, odeur de l’infini…

Marcher. Marcher en posant simplement un pied devant l’autre, légèrement, doucement. Marcher sur le sable presque blanc et poudreux dans la zone sèche, ocre et terre de sienne là où l’eau vient à peine de se retirer… Laisser son empreinte, à peine, en creux légèrement ombré…

Fermer les yeux pour mieux entendre les flux et reflux ; se laisser bercer par la clameur de l’océan, le cri des mouettes et goélands, entendre le clap soudain d’un kite qui retombe sur l’eau, saisir un rire d’enfant, le hennissement d’un cheval sur la dune…

Et puis regarder l’eau. Elle est étrange, cette eau ; gris-mauve au loin, avec quelques reflets acier, d’un marine profond vers les rochers, sur de larges zones aux contours irréguliers, émeraude sur les fonds sablonneux… et les vagues, toujours en mouvement, auréolées d’écume blanche…

Regardez-les, mais regardez-les donc ! Lorsque la mer est calme, l’émeraude devient plus tendre, plus douce, plus lumineuse, plus transparente. Elle prend alors des teintes de terre verte pour s’envoler jusqu’à l’ocre de ru et le vieil or aux reflets de miel, jusqu’à la crête, jusqu’à la mousse blanche de l’écume…

Mais que la houle se forme soudain en creux vertigineux, plus de miel, plus d’or, plus de transparence. L’eau reste grise et noire, mauve et marine ; à la surface, un tourbillon incessant, un bouillonnement blanchâtre, bistre, d’un jaunâtre sale, témoignant d’un tumulte enragé…

Pointe bigoudène, toujours la même et jamais semblable…

Perdue entre ciel et mer, oscillant entre traditionnels gwerz, fest noz, et sports de glisse contemporains et championnats du monde, affichant avec fierté ses phares, ses rochers éternels, ses défilés en grand costume brodé, ses crêpes et galettes, tout en étant gardienne de haute transmission optique la reliant aux Etats-Unis d’Amérique et à l’Asie…

Pointe bigoudène, fantasque, moderne et désuète à la fois...

Pointe bigoudène, je t’aime.

Pointe Bigoudène
Pointe Bigoudène
Pointe Bigoudène
Pointe Bigoudène
Pointe Bigoudène
Pointe Bigoudène

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

mamie 28/10/2014 19:05

tres belles photos et je suis sous le charme lorsque tu decrit si bien la bretagne bisous

Muriel 28/10/2014 21:23

Merci. Bisous

Hyvernat Danielle 22/10/2014 10:05

Merci Muriel pour ces belles photos qui donnent envie de venir sur place ! Gros bisous.

Muriel 22/10/2014 17:37

pas de projet pour le Sud en ce moment. On va bientôt repartir pour faire "la tournée des enfants -et des amis d'Auvergne...
Plus tard, sans doute. Gros bisous à toi aussi.

Danielle Hyvernat 22/10/2014 13:32

Nous espérons revenir en Bretagne peut-être en 2015 chez des amis en Bretagne sud et on viendrait vous voir ! Et vous venez-vous dans le sud ? Gros bisous.

Muriel 22/10/2014 12:00

et quand viens-tu dans nos parages ?
Bises